bandeau2 bandeau1 bandeau4 bandeau8 bandeau7 bandeau10 bandeau3 bandeau5 bandeau6 bandeau9
Ecole de Santé des Armées

Pour une formation adaptée

Accueil | Suzanne Noël

Suzanne Noël

Mise à jour :08/03/2018

                                            

Suzanne Noël a été la première femme à exceller dans la chirurgie esthétique.Pendant la guerre, dans des conditions matérielles précaires, elle s’épuisera à soulager les blessés de la face du mieux qu’elle peut.

 
Née en 1878 à Laon, dans l’Aisne dans une famille bourgeoise, elle déménage en 1897 à Paris après son mariage avec Henri Pertat.

En 1905, elle entame des études de médecine avec le soutien de son mari, lui-même médecin. En 1908, elle est nommée externe des hôpitaux de Paris dans le service du professeur Morestin, pionnier de la chirurgie maxillo-faciale, puis prolonge cette expérience en entrant en 1909 dans le service de dermatologie du professeur Brocq à l’hôpital Saint-Louis. Reçue à l’internat en 1912, 4e à l'écrit et 1re à l'oral, elle approfondit ses connaissances dans le domaine de la chirurgie maxillo-faciale.
À l'entrée de la guerre en 1914, sans avoir pu soutenir sa thèse de doctorat, comme tous les internes, Suzanne Gros est autorisée à exercer la médecine en ville.

Elle rejoint alors le professeur Morestin à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. En 1916, elle se forme aux techniques de la chirurgie réparatrice et correctrice.  Dès lors, dans des conditions extrêmement précaires, elle participe à l'effort de guerre en opérant les « gueules cassées », les blessés de la face. « Certains, arrivés en 1914 avec le visage déchiqueté, sont repartis chez eux avec une simple cicatrice. » Parfois, Mais, il m'a fallu du temps pour leur imaginer un visage. Je voyais dans leur regard combien ils attendaient que je lui rende leur identité. ».

En 1919 elle se marie avec le docteur André Noël. En janvier 1922 la grippe espagnole emporte leur fille unique ; son mari se suicide deux ans plus tard. La chirurgie esthétique occupe dès lors une place fondamentale dans sa vie : elle soutient sa thèse en 1925 et étend ses activités de chirurgie, jusque-là confinées au visage, aux autres parties du corps, ce qui l’amène à inventer des techniques (dégraissage par aspiration) et des instruments encore utilisées aujourd’hui.
Impliquée dans la cause des femmes, elle organise en 1923 une manifestation pour appeler les femmes qui travaillent à ne pas payer d'impôts puisque l'état ne leur reconnaît aucun droit. Pendant les dix années qui suivent, la doctoresse se consacre exclusivement à la chirurgie esthétique et à son mouvement féministe. Elle contribue à développer des techniques de reconstruction qui pourront s'appliquer à des cas de mutilations sévères, puis à la réduction d'anomalies physiques.

En 1928, elle reçoit la Légion d'Honneur et la Reconnaissance de la Nation, pour sa contribution à la notoriété scientifique de la France sur la scène internationale.

Haut
Copyright 2018 | Mentions legales
UA-29809718-1